Zona

Epidémiologie

L'incidence du zona diagnostiqué en médecine générale est de  3,9 cas pour 1000 habitants, soit 235 000 nouveaux cas par an en France (IC95% 211 000 – 260 000).

L'âge médian des patients est de 58 ans, 49,1% ont plus de 60 ans, 60% sont des femmes.

L'immunodépression associée est retrouvée dans 5% des cas de zona .

L'hospitalisation est nécessaire pour 1% des patients.

Les principaux facteurs de risque du zona sont l'âge et l'altération de l’immunité à médiation cellulaire. D’autres facteurs de risque ont été décrits comme le sexe féminin, le stress…

Les douleurs post-zostériennes (DPZ) ont une fréquence difficile à estimer, faute de définition précise. Elle serait de l’ordre de 8 à 20 % à un mois du début de l’épisode aigu et de 4,5 à 8 % après 3 mois. Le principal facteur de risque est l’âge croissant de survenue du zona.

Le vaccin

Composition

Il s'agit de la souche Oka/Merck

C'est un vaccin vivant atténué, produit sur cellules diploïdes humaines à partir de la souche OKA/Merck. Il s'agit de la même souche que celle utilisée dans le vaccin contre la varicelle VARIVAX, avec un inoculum 15 fois supérieur.

Poudre et solvant pour suspension injectable. Après reconstitution, ZOSTAVAX est un liquide légèrement trouble à translucide, de blanc cassé à jaune pâle.

Mode d'administration

Par voie sous-cutanée, de préférence dans la région deltoïdienne.

Conservation

A conserver au réfrigérateur (entre + 2 °C et + 8 °C). Ne pas congeler. Conserver le flacon de poudre dans l’emballage d'origine pour le protéger de la lumière.

Les vaccins commercialisés en France

Aucun à ce jour, mais ZOSTAVAX® sera prochainement commercialisé.

Qui est concerné ?

Calendrier vaccinal

Recommandations vaccinales

En France, le Comité Technique des Vaccinations n’a pas recommandé, dans l’état actuel des connaissances, la vaccination large par le vaccin contre le zona Zostavax®, et reconsidérera sa position dès que des données seront disponibles sur son efficacité à long terme et sur l’intérêt d’un éventuel rappel vaccinal. 

Toutefois, une AMM européenne a été obtenue dans la prévention du zona et la prévention des névralgies post-zostériennes chez les sujets âgés de 60 ans et plus.

Schéma vaccinal

Le vaccin s’administre en une seule dose.

La nécessité d’une seconde dose n’est actuellement pas connue.

Efficacité

D'après les études cliniques, l'efficacité a été évaluée :

Critères Incidence* Efficacité du vaccin (IC95%)
Zona 11,1 /1000 personnes-année 51% (44 - 58%)
DPZ* 1,4 /1000 personnes-année 67% (48 - 79%)

* Douleurs post-zostériennes : douleurs cliniquement significatives persistant ou apparaissant au moins 90 jours après le début de l’éruption

Oxman M.N. et al. NEJM, 2005; 352:2271-2284

L’efficacité d’un éventuel rappel après l’âge de 70 ans n’est pas établie cliniquement ; il est possible que l’administration du vaccin ne fasse que retarder la survenue d’un zona à un âge plus avancé, lequel comporterait alors un risque plus élevé de douleurs post zostériennes, celles-ci pouvant être plus intenses et de durée plus longue.

Effets indésirables

  • L’incidence globale des réactions indésirables liées au vaccin au site d’injection a été significativement plus élevée chez les sujets vaccinés par ZOSTAVAX que chez ceux ayant reçu un placebo (48% pour ZOSTAVAX contre 17% pour le placebo) : érythème, douleur/sensibilité au toucher, à la pression, gonflement, hématome, prurit, chaleur 
  • Céphalées
  • Les effets indésirables graves ou inattendus doivent être déclarés au réseau national des 31 centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV)

Contre-indications

Il y a une contre-indication à la vaccination en cas :

  • d'hypersensibilité à la substance active, à l’un des excipients ou aux résidus présents à l’état de trace, comme la néomycine 
  • d'immunodéficience primaire ou acquise due à des maladies comme : les leucémies aiguës et chroniques, les lymphomes, les autres affections de la moelle osseuse ou du système lymphatique, l’immunodéficience due au VIH/SIDA ; les déficits de l’immunité cellulaire.
  • de traitement immunosuppresseur (y compris les fortes doses de corticostéroïdes) ; cependant, ZOSTAVAX n’est pas contre-indiqué chez les sujets recevant des corticostéroïdes par voie locale ou en inhalation ou des corticostéroïdes par voie générale à faible doseou chez des patients recevant des corticostéroïdes en traitement substitutif, comme par exemple pour une insuffisance surrénale.
  • immunodépression
  • de tuberculose active non traitée. 
  • de grossesse 

Précautions d'emploi

  • ZOSTAVAX n’est pas indiqué pour le traitement du zona ou des DPZ.
  • La vaccination doit être différée en cas de fièvre. 
  • La tolérance et l’efficacité de ZOSTAVAX n’ont pas été établies chez les adultes infectés par le VIH sans immunodépression avérée

Associations avec d'autres vaccins

ZOSTAVAX peut être administré en même temps que le vaccin grippal inactivé en 2 injections distinctes réalisées en des sites différents.

L’administration concomitante de ZOSTAVAX avec des traitements anti-viraux connus pour être efficaces contre le VVZ (virus varicelle-zona) n’a pas été évaluée.

Associations

Grossesse

Comme ZOSTAVAX n’est pas indiqué chez les individus âgés de moins de 60 ans, ZOSTAVAX n’est pas supposé être administré aux femmes enceintes.

Grossesse

Prématurité

Sans objet.

Prématurité